Catégories : Actualités, Le saviez-vous ?

Posté par christophe le 29 décembre 2010 | commentaires 0 commentaire

La santétude avant la zenitude…….Thé bio : les limites de l’agriculture non bio
En agriculture conventionnelle, les engrais, pesticides et herbicides chimiques détruisent la pollinisation, appauvrissent les sols et abîment les plantes.
La culture du thé, devenue monoculture intensive pour répondre à la hausse de la demande mondiale, détruit peu à peu l’environnement et recourt de plus en plus à ces pratiques chimiques.
Des produits phytosanitaires parfois très toxiques sont largement employés et aucun contrôle n’est effectué à l’arrivée de ces thés en Europe.
Or le thé n’est, à aucun moment de son processus de fabrication, lavé.
L’infusion résultante peut alors contenir de dangereux résidus.
Il est donc impératif d’exiger du bio pour profiter pleinement des vertus du thé, à une époque où les bienfaits du thé (thé vert, thé noir, pu erh, …) sont enfin reconnus en Occident de manière quasi unanime !
Pour exemple, voici une synthèse très courte d’une analyse (01/05/2001) que l’UFC Que Choisir ? a pratiqué sur une série de thés verts couramment vendus en France (certains de grandes marques).
•    27 thés avec pesticides à fortes doses et plomb contenant du fenvalérate au-delà de la valeur limite autorisée (0,05 mg/kg) par la réglementation européenne)
•    6 thés à éviter (contenant du DDT au-delà de la valeur limite autorisée (0,2 mg/kg) par la réglementation française)
•    11 thés à la limite de l’acceptable (contenant des résidus de pesticides mais sans dépasser les limites réglementaires)
•    16 thés sans reproches (sans résidus de pesticides et à teneur très faible en métaux lourds)

Partager :

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Delicious Partager sur Google

Laisser une réponse


  • Votre nom apparait devant votre commentaire

  • Votre email reste confidetiel


  • Si vous avez un site internet, mettez un lien ici