La pomme « Patte de Loup »

La pomme « Patte de Loup » est une variété ancienne de pomme. Originaire d’Anjou, son nom viendrait de la cicatrice qui naît sur le fruit une fois éclaté de maturité : la marque ressemblerait à une griffure de loup.

C’est une variété très typée, appréciée des connaisseurs. Sa chair est croquante, juteuse, fine. Elle est sucrée et très parfumée : elle rappellerait la Reinette. C’est une excellente pomme à cuire, qui se conserve très bien.

La pomme de terre « Bintje »

La pomme de terre « Bintje » est une variété de pomme de terre créée aux Pays Bas au début du XXe siècle.
En cuisine, c’est une pomme de terre polyvalente, qui s’écrase très bien pour les purées notamment. Mais elle est surtout connue pour être la pomme de terre des frites belges !
Elle convient aussi bien pour faire bouillir, rôtir, frire, pour la soupe, le gratin et la purée.
Son nom vient du prénom d’une ancienne élève de l’obtenteur de la pomme de terre : Bintje Jansma, Bintje étant le dininutif de Benedikte.

Catégories : Actualités

Posté par christophe le 1 mars 2016 | commentaires 0 commentaire

Les vertus de la patate douce
De manière générale, la patate douce possède des composés très utiles à notre organisme mais ses atouts nutritionnels diffèrent selon la variété consommée :
  • Même cuite, la patate douce offre une belle palette de vitamines (A, B et C) et de minéraux tels que le manganèse et le cuivre. Notez que les variétés à tubercules oranges et jaunes ont une quantité de vitamine A plus élevée que les autres.
  • Les feuilles de patate douce sont également riches en vitamine A et en vitamine C. Propres à la consommation, elles constituent un aliment sain et protecteur pour notre corps.
  • De plus, grâce à ses propriétés anti-oxydantes, la patate douce limite l’apparition de certaines maladies liées au vieillissement comme les cancers et les maladies cardiovasculaires. Retenez que plus la patate douce est pigmentée, c’est à dire foncée, plus elle contient d’anti-oxydants. Un conseil : consommez la patate douce avec ses feuilles et sa pelure pour profiter au maximum de ses anti-oxydants.
  • Quant à la patate douce à pelure blanche, elle permettrait de restreindre la résistance à l’insuline et donc de mieux contrôler la glycémie chez les diabétiques de type 2.
La patate douce pour soigner les intoxications alimentaires
Contre les intoxications provoquées par les crustacés et les fruits de mer, râpez une patate douce rouge dans un récipient. Mélangez-la avec un peu d’huile d’olive et mangez. Vous devriez rapidement vous sentir mieux.
La patate douce pour calmer les brûlures
La patate douce, tout comme la pomme de terre, apaise les brûlures. Pour bénéficier de son effet calmant, appliquez directement sur la zone brûlée un cataplasme de tubercule de patate douce râpée.
La patate douce pour guérir la coqueluche
Mettez quelques bourgeons de patate douce dans une casserole d’eau bouillante avec un morceau de feuille de canne à sucre. Laissez infuser cette décoction et buvez-en régulièrement, jusqu’à disparition des symptômes.
La patate douce pour favoriser la repousse des cheveux
Faites infuser dans de l’eau des feuilles de patate douce et appliquez-les sur le cuir chevelu.
La patate douce pour diminuer les douleurs dentaires
Faites des bains de bouche à base de feuilles de patate douce pilées mélangées dans de l’eau chaude.
Si vous n’avez pas l’habitude d’en manger, sachez que la patate douce se cuisine de multiples façons : en purée, en potage, en gratin… mais aussi en desserts ! Et avec les 5 remèdes décrits ci-dessus, preuve est maintenant faite qu’en plus d’offrir de la diversité à votre
alimentation, la patate douce peut aussi contribuer à votre bien-être !

Catégories : Actualités

Posté par christophe le 3 avril 2015 | commentaires 0 commentaire

Entre mars et octobre, pensez à la mangue !
Délicieuse et remplie de bonnes choses, elle se déguste au naturel ou en recettes.
Juste après la banane, la mangue est le fruit tropical le plus consommé au monde. Riche en fibres et en vitamine C, elle serait aussi potentiellement anticancéreuse grâce aux antioxydants qu’elle contient.

Les bienfaits de la mangue
La mangue est excellente pour la santé. En témoigne la longue liste de ses composants :
Des polyphénols : antioxydants, ils diminuent l’apparition de nombreuses maladies.
De la vitamine C, vitamine A, vitamine B1, vitamine B2, vitamine B6, vitamine E.
De la mangiférine, possédant des vertus contre le diabète, le stress oxydatif, l’inflammation et l’hypercholestérolémie.
Du cuivre, oligo-élément essentiel, des gallotanins, des tanins, des caroténoïdes (bêta-carotène et violaxanthine) : également antioxydants.
Des fibres et des fibres solubles : elles réduisent le cholestérol sanguin et permettent de diminuer le risque d’accidents et de maladies cardiovasculaires.

Conservation de la mangue

Gardez les fruits qui ne sont pas tout à fait mûrs à la température ambiante. Pour accélérer leur mûrissement, mettez-les dans un sac de papier avec une pomme (la pomme produit de l’éthylène, gaz qui a pour effet de faire mûrir les autres fruits).
Réfrigérateur : Quelques jours seulement, car le froid abîme la mangue.
Congélateur : Pelez la mangue, enlevez le noyau et coupez-la en tranches, puis mettez-la au congélateur.

La petite histoire de la mangue
Le terme « mangue » est apparu dans la langue au tournant du XVIIe siècle. Il vient du portugais manga, qui l’a emprunté au tamoul mangka ou man-gay. À La Réunion et dans les autres îles de l’océan Indien, selon la variété et l’usage que l’on fait du fruit, il peut porter le nom de « mangot » ou de « mangotine ». L’ancêtre du manguier cultivé y pousse toujours à l’état sauvage. On consomme la mangue depuis les temps les plus reculés. Sa domestication pourrait remonter à 4 000 ans avant notre ère, en Inde. Pour tous les peuples de cette partie du monde, la mangue était, et est toujours, considéré comme « le roi des fruits ». En Inde, il a longtemps symbolisé la royauté elle-même.
On tire de l’amande du noyau une huile comestible qui, en certains endroits, remplace l’huile de coco. On extrait aussi une farine qui entre dans la composition de certains plats (notamment les chapatis indiens).

Catégories : Actualités

Posté par christophe le 18 mars 2015 | commentaires 0 commentaire